Aujourd'hui
la revue 
 S.U.R.R.
Résistance
Les Editions 
 surréalistes
Chrono
Les Amis
Chimères
Expos

Jeux et recherches sur le fonctionnement de la pensée

L’une des caractéristiques majeures du surréalisme, aujourd’hui comme hier est cette tension à essayer de mettre en lumière les souterrains de notre psychisme. Analogie et imagination, associations libres dans le simple ravissement de la trouvaille et dans leur relation avec l’analyse qui peut en être faite, par exemple dans leur essentielle dimension d’insoumission aux dogmes en vigueur dans la société. Lutter pied à pied ou avec des pieds de nez contre la soumission, volontaire ou non n’est pas la seule affaire de ce siècle. Telle a toujours été la caractéristique fondamentale de la poésie.

A Conches, une part importante des lieux est consacrée aux investigations collectives à partir d’expérimentations individuelles.

Le jeu des contraires proposé par Michel Zimbacca en 1970 continue d’aimanter les séances de jeu. Quelques pistes de réflexion quant à ce qu’il a permis de mettre en lumière peuvent se lire dans les textes de Vincent Bounoure Les Anneaux de Maldoror1, ou dans S.U.RR n°2 sous la plume de Gilles Bounoure2.

Les objets vus en rêve, les mots associés au pouvoir, les portraits analogiques, permettent de mettre à jour les allées et venues, individuelles ou collectives entre veille et sommeil, dans tous les sens que peuvent prendre ces mots. Qui dort debout ? Que découvre-t-on quand on marche “ à côté de ses pompes ” ? Que se passe-t-il quand avec dix mêmes éléments dix joueurs conçoivent dix objets3 ? Comment recréons-nous une synthèse à partir de fragments que la réalité nous abandonne ? Autant d’investigations où s’inscrit notre détermination à ne pas accepter  une civilisation qui n’est pas la nôtre : “ fonctions critiques de l’irrationalité concrète ”4.

Invitation à jouer, à arpenter des ruelles qui débouchent sur des criques, ou des criques s’ouvrant sur un sable d’un bleu presque noir. A chacun selon ses déterminations, ses territoires, ses affinités ou ses disjonctions, en écho à “ un autre chacun ”, comme disait un enfant.

MDM

1 éd. L’Ecart absolu, Paris 1999
2 “Aux contraires, à plus forte raison”. In S.U.RR n°2
3 Jeu des “Objets parallèles”
4 Vratislav Effenberger